1400x720-hfkjzqexWGmRj5E8
One and a Half, 2008, vêtements de l’artiste, crochets de boucher, sacs plastiques, 122 x 36 x 22 po, photos : Sol Aramendi

Présenté lors de la dernière édition du salon Maison & Objets dans le cadre de l’exposition « Nourritures Primitives », le travail de Tamara Kostianovsky ne laisse pas indifférent. « Cannibalisant » ses propres vêtements, elle recrée des pièces de viandes en tissu, comme d’immenses peluches néanmoins hyperréalistes, poussant à l’extrême la représentation de la chair, des os, des cartilages et des plaques de graisse.

Tournant autour du concept d’Actus Reus (la notion de culpabilité), elle nous force à nous interroger sur « la nature réelle et la violence grotesque » dans le  « un cadre de réflexion sur la vulnérabilité de nos existences physiques, la brutalité, la pauvreté, la consommation et les besoins voraces du corps ».

Un sujet très actuel à l’heure des scandales sur la traçabilité de la viande et la surconsommation.

lnTFU3tuZzhpzTBU

Bound, 2008, vêtements de l’artiste, crochets de boucher, chaînes, 61 x 39 x 15 po

1400x720-yiUGxYpSG0GfSMGt

Carroña, 2011, vêtements de l’artiste, 103 x 68 x 28 po

1400x720-Jk78bhDIN0j7NzMn

Intertwined, 2010, vêtements de l’artiste, crochet de boucher, 47 x 19 x 13 po
1400x720-1JzF7gOYcby41cGm
Abacus, 2008, vêtements de l’artiste, crochets de boucher, chaînes, dimensions de chaque pièce : 96 x 36 x 45 po


1 commentaire

  • Chen Williams | COLLECTIF TEXTILE · 16/07/2013 à 09:01

    […] Lucie nous parlait de cannibalisme vestimentaire. Aujourd’hui, je voulais donc explorer cette « tendance viande »dans le […]

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.