C’est sous le pseudonyme de Damselfrau qu’œuvre Magnhild Kennedy, prolifique artiste norvégienne installée à Londres.

Fan de science fiction et de bandes dessinées d’auteurs comme Jean Giraud ou Enki Bilal, Damselfrau crée son propre univers onirique avec les matériaux comme point de départ qu’elle déniche dans des marchés, des brocantes ou sur internet. Pas de croquis préparatoire. Tout part d’un élément autour duquel elle construit ces fascinantes pièces.

C’est en sortant dans les clubs londoniens avec son mari que cette artiste autodidacte a commencé à confectionner des masques. Cachant le visage tout en attirant le regard, ils définissent un espace intime entre soi-même et les autres. Un univers fascinant aux inspirations hétéroclites entre costume, bijou et sculpture.

Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions et collaborations, tant dans la mode que pour des clips vidéo.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire son entrevue pour Art jewelry forum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.