Époustouflant, c’est le premier qualificatif qui me vient en découvrant le travail de Lauren DiCioccio. Cette artiste californienne rebrode certaines images parues dans le New York Times dans le but de souligner la beauté des images imprimées face à la numérisation grandissante.

Elle s’attaque également à des objets du quotidien qu’elle reconstitue en tissu, plus particuliérement des journeaux, magasines, pellicules photos, …. Son processus créatif, la minutie de la broderie crée alors un sentiment d’attachement et de nostalgie vis à vis de ces objets qui tendent à disparaître face au numérique.

Brillant!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.