C’est en 2018, après avoir travaillé pendant 8 ans aux côtés de Tzuri Gueta que Tony Jouanneau fonde l’atelier Sumbiosis « spécialisé dans la recherche de savoir-faire textiles en collaboration avec le vivant. »

Associant sa maîtrise des techniques d’ennoblissement textile à l’expertise de biologistes, il met ainsi au point des protocoles permettant d’ouvrir de nouvelles avenues dans la création de matières textiles et de traitements de surface à l’aide du vivant comme les algues, les champignons ou la bio inspiration.

On connaissait déjà l’utilisation du kombucha dans la création de matières cellulosiques. Tony Jouanneau utilise le scoby (Symbiotic Culture of Bacteria and Yeast) pour fabriquer des pigments  non nocifs, alternatifs à ceux utilisés en sérigraphie, développés en partenariat avec le laboratoire Open Biofabrics

Il pousse encore plus loin la réflexion dans son projet Slow devored, où des insectes sélectionnés avec l’aide d’entomologistes mangent littéralement le textile selon un motif déterminé dans un « cabinet à dévorer » et remplacent les produits chimiques utilisés habituellement pour détruire les fibres cellulosiques.

De quoi porter un regard nouveau sur les mites dans nos placards! Scoby print

Scoby print

Slow devored

Slow devored


1 commentaire

vanessa mardirossian · 17/06/2020 à 11:18

Wow! C’est fascinant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.