Tout est dans le nom de cette artiste irlandaise qui réalise des parures de visages à l’aide de pièces réalisées au crochet, à la frontière de la haute couture, du costume et de la performance.

Elle crée des personnages parfois burlesques voire même grotesques mais toujours intrigants où la fibre est littéralement le fil conducteur d’une histoire sans paroles où le spectateur est libre d’interpréter l’objet comme il le souhaite.

Selon ses propres termes “The masks are mutations of our private and public selves.”

Évoquant la fourrure, les peluches, la cote de maille, le simple jeu de matières nous emporte chaque fois dans des univers totalement différents où sa créativité semble sans limites. Une fois que la pièce est terminée vient la vidéo ou la photographie qui constituent pour elle la véritable oeuvre dans la mesure où le masque ne fait sens que s’il est porté. Elle lui donne vie avant de le déconstruire pour en imaginer un nouveau.

Suivez-là sur instagram @threadstories pour vous perdre parmi ses nombreux et fascinant personnages textiles.




1 réflexion au sujet de « Threadstories »

Répondre à catherine de robert Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.