Après avoir étudié en mode à Londres, Jodie Ruffle  a débuté sa carrière comme stagiaire chez Jonathan Saunders avant de travailler pour Alexander McQueen, mais également comme créatrice de costumes pour le National Youth Ballet.

Dans le cadre de son projet de maîtrise, elle s’est intéressé aux techniques de broderie et d’ennoblissement utilisées en haute couture. Partant du principe que notre attachement aux objets est bien souvent aux souvenirs et émotions que nous avons vécu avec eux, elle est venue interroger la pertinence de ces techniques dans la mode actuelle.

Travaillant sur des pièces inspirées du sportswear masculin, elle a développé cette esthétique du souvenir à l’aide d’empreintes d’enduits de bétons ou de bois, et d’éléments de broderies graphiques.

Revisitant les techniques et jouant avec les imperfections, elle utilise souvent l’envers des broderies ou les retourne avant de les terminer à la recherche d’une esthétique fragmentaire pour un résultat brut, graphique, d’une grande délicatesse.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.