Makiko Wakisaka

Floating oasis, 2016, 16 x 36 x 16 cm, veines de feuilles, fil de nylon, découpage et couture à la main.

Si je devais utiliser un seul mot pour résumer le travail de Makiko Wakisaka: la délicatesse.

Cette artiste japonaise utilise depuis 1994 des feuilles dont il ne reste que les veines. Cousues à l’aide de fils de nylon, elle conçoit des sculptures d’une grande légèreté. Les veines des feuilles créent une texture graphique évoquant la dentelle.

Des « soft sculptures » comme elle les qualifie elle-même qui prennent parfois la forme d’époustouflantes installations monumentales légères comme un souffle. On ne peut que s’émouvoir devant la poésie et la fragilité de son travail.

Floating oasis, 2016, détail

Chrysalis, 2008, 13 x 20 x 20, Floating oasis, 2016, 16 x 36 x 16 cm, veines de feuilles, fil de nylon, découpage et couture à la main.

Embrace, 2011, détail, veines de feuilles, fil de nylon, découpage et couture à la main.
Frosty moment, 2008, détail, veines de feuilles, fil de nylon, découpage et couture à la main.
Cell – microcosmos, 2013, 250 x 180 x 180 cm, veines de feuilles, fil de nylon, découpage et couture à machine, épingles, photo : Kazuhiro SHIOZAWA.

1 réflexion au sujet de « Makiko Wakisaka »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.