Sara Greaves brode partout et sur tout. Prenant le contrepied de la rapidité et de la fugacité du graffiti urbain, elle s’attaque à l’espace privé dans un processus lent et complexe qu’elle qualifie elle même d’addictif.

Catégories : Art

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.