Exposée au Musée d’histoire naturelle de New York, cette étoffe a été réalisée à Madagascar grâce 1 063 000 araignées de l’espèce Nephila Madasgascariensis qui produisent un fil de soie doré.

Elles sont prélevées dans la nature et relâchées chaque jour (car elles ont tendance à s’entredévorer en captivité)  après avoir fourni une petite quantité de fil, sachant qu’il faut 96 filaments d’araignées pour faire un seul fil qui va être tissé.

Cette idée a germé au 19ème siècles quand des Français ont chercher une alternative à la soie produite en Chine.

La première étoffe a nécessité 4 ans de travail, 8 pour cettemagnifique cape exposée au Victoria & Albert Museum de Londres.

Au delà de cette incroyable prouesse technique, la soie d’araignée présente également des propriétés techniques exceptionnelles : plus résistance que le kevlar (qui entre notamment dans la composition des gilets pare-balles), elle est aussi plus légère et élastique.

détail de la cape

 

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.