Orange Fiber x Salvatore Ferragamo

Nous vivons en ce moment une période de grands bouleversements qui touche toutes les sphères de notre société.

Cette pandémie mondiale nous permet de prendre le temps de réfléchir à notre rapport aux autres, aux objets du quotidien, à l’environnement.

L’industrie de la mode pèse lourd sur le plan économique, mais également sur le plan écologique et social. Le coton et le polyester dominent largement le marché vestimentaire mais si l’on pouvait penser les matériaux autrement?

C’est ce que font plusieurs entreprises qui utilisent des déchets agroalimentaires pour produire des matériaux souples.

Nous vous avions déjà présenté le Pinatex qui utilisent les fibres des feuilles d’ananas, mais saviez-vous que l’on pouvait produire des matières textiles grâce à du raisin, des oranges et même des pommes?

L’entreprise italienne Vegea installée à Milan en 2016  propose des alternatives aux matériaux d’origines fossiles ou animales. Les matières sont produites à partir de déchets agroalimentaires, notamment issus de la production du vin: marc de raisin, peau de raisin, pépins, tiges.

Ces matériaux ont de nombreux avantages comme leur faible impact environnemental, l’utilisation de matière première renouvelable, un faible coût de production, pas d’utilisation de produits chimiques ni de gaspillage d’eau.

Au nord de l’Italie se trouve la plus grande consommation mondiale de pommes qui génère galement une quantité considérable de déchets.

L’entreprise Frumat a développé un matériau à base de cellulose de pomme qui peut être découpé au laser, gaufré, et traité pour obtenir différentes épaisseurs et effets de textures.

Deux lignes sont développées:  une plus fine et douce pour l’habillement, une plus robuste pour les accessoires composées à 50% de fibres de pommes et à 50% de polyuréthane.

Enfin chaque année l’Italie produit 700 000 tonnes de déchets d’agrumes. À partir des rebuts de la production de jus d’orange, Orange Fiber extrait la cellulose pour produire de la fibre textile haut de gamme qui peut être mélangée à d’autres fibres textiles comme le coton ou la soie.

Quelques exemples de matériaux bio-sourcés qui permettent de repenser la production textile locale en lien avec l’agriculture et la production agro-alimentaire.




3 commentaires

Vouillemin · 15/05/2020 à 18:05

Merciiiii !
Très très encourageant ! Formidables initiatives !!

Magro · 16/05/2020 à 05:48

merci à ces entreprises de penser enfin à la santé de la planète et des ses habitants!!!!

Mousse · 17/05/2020 à 09:58

Merci pour la découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.